Tunisie: Youssef Chahed s’entretient à Paris avec le président de l’assemblée nationale française

Chef du gouvernement, Youssef Chahed, s’est entretenu mercredi à Paris avec le président l’Assemblée nationale française, Richard Ferrand. Selon une source à la présidence du gouvernement, l’entretien a permis de passer en revue les pas franchis par la Tunisie sur la voie de la transition démocratique, huit ans après la révolution de 2011, et d’identifier les moyens permettant de booster la ...

Chef du gouvernement, Youssef Chahed, s’est entretenu mercredi à Paris avec le président l’Assemblée nationale française, Richard Ferrand. Selon une source à la présidence du gouvernement, l’entretien a permis de passer en revue les pas franchis par la Tunisie sur la voie de la transition démocratique, huit ans après la révolution de 2011, et d’identifier les moyens permettant de booster la coopération bilatérale dans le domaine parlementaire. Youssef Chahed est arrivé mercredi après-midi à Paris pour une visite officielle de trois jours à l’invitation de son homologue français, Edouard Philippe.

2018, en 5 minutes

Aujourd'hui, le Premier Janvier 2019 marquera encore une fois la fin de l’année et le début d’une autre. Pour nous qui adorons les spectacles vivants, c’est toujours avec 2018 revue et corrigée que l’année se termine. Voici en vidèo un excellent récap de l'année 2018 en 5 minutes seulement : [embed]https://www.youtube.com/watch?v=4tJJnC26_uw&list=LLXahmOyw...

Aujourd'hui, le Premier Janvier 2019 marquera encore une fois la fin de l’année et le début d’une autre. Pour nous qui adorons les spectacles vivants, c’est toujours avec 2018 revue et corrigée que l’année se termine. Voici en vidèo un excellent récap de l'année 2018 en 5 minutes seulement : [embed]https://www.youtube.com/watch?v=4tJJnC26_uw&list=LLXahmOywuEDPRdruJq1UYHg[/embed]

Six prisons accueilleront des films des JCC

Le directeur générale des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), Nejib Ayed, a annoncé que la cérémonie d’ouverture de la quatrième édition des JCC dans les prisons sera organisée le dimanche 4 novembre. La première projection aura lieu dans la prison civile de Mornaguia (gouvernorat de la Manouba) et concerne le film tunisien “Regarde-moi” de Nejib Belkadhi. Il s’agira de la premièr...

Le directeur générale des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), Nejib Ayed, a annoncé que la cérémonie d’ouverture de la quatrième édition des JCC dans les prisons sera organisée le dimanche 4 novembre. La première projection aura lieu dans la prison civile de Mornaguia (gouvernorat de la Manouba) et concerne le film tunisien “Regarde-moi” de Nejib Belkadhi. Il s’agira de la première nationale. Cinq autres prisons et centres de rééducation accueilleront d’autres projections :

  • La prison Borj Erroumi (Bizerte) accueillera la projection du documentaire égyptien “Amal” de Mohamed Siam le 5 novembre
  • La prison de Mornag (Ben Arous) proposera le film algérien “Jusqu’à la fin des temps” de Yasmine Chouikh le 6 novembre.
  • La prison civile de Messaidine (Sousse) accueillera le documentaire “Ghzela” de la réalisatrice tunisienne Hajer Nefzi le 7 novembre
  • Le Centre de rééducation des mineurs délinquants de Sidi El Hani proposera trois courts métrages tunisiens : “Gauche/droite” de Moutii Dridi, “Les pastèques du Cheikh” de Kaouther Ben Henia et “Brotherhood” de Meryam Joobeur, et ce le 8 novembre
  • La prison civile de Mahdia accueillera la projection documentaire tunisien “la voie normale” d’Erige Sehiri, le 9 novembre
Cette édition vise entre 1800 et 2000 prisonniers, contre 1200 au cours des éditions précédentes.

Les JCC des Prisons, 4 ans déjà !

Ce mercredi 31 Octobre, M.Nejib Ayed, directeur général des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), Mme Gabriele Reiter, directrice du bureau de Tunis de l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) et M.Sofiene Mezghich, porte-parole des Pris...

Ce mercredi 31 Octobre, M.Nejib Ayed, directeur général des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC), Mme Gabriele Reiter, directrice du bureau de Tunis de l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT) et M.Sofiene Mezghich, porte-parole des Prisons et de la Rééducation, ont tenu une conférence de presse pour présenter la 4eme édition des JCC des Prisons qui aura lieu du 4 au 9 Novembre 2018.  

Mme Gabrielle Reiter
Mme Gabrielle Reiter, directrice du bureau de Tunis de l’Organisation Mondiale Contre la Torture (OMCT)
Mme Gabrielle Reiter s’est dite très fière du succès des JCC des Prisons. Elle a rappelé qu’il y a quelques années, il était presque inimaginable de penser à emmener les JCC dans les prisons, or cela se fait déjà depuis quatre ans et même avec succès. D’après elle, le fait de projeter des films et de mener des débats entre les équipes des films et les détenus, avec la modération de psychologues, est une expérience réussie qui a été bénéfique pour les prisonniers et même pour le personnel pénitencier. Pour elle, bien que les prisonniers soient privés de leur liberté, ils ne doivent pas pour autant être démunis de leurs autres droits, surtout le droit à la culture. Il fallait donc amener la vie culturelle dans les endroits fermés tels les prisons.  
M.Sofiene Mezghich, porte-parole des Prisons et de la Rééducation
M.Sofiene Mezghich, porte-parole des Prisons et de la Rééducation
M.Sofiene Mezghich a insisté sur les bienfaits des JCC sur les prisonniers. A travers le cinéma, ceux-ci sentent qu’ils ont gardé leur humanité, qu’ils n’ont pas été désocialisés et qu’ils ont toujours un lien avec le monde extérieur. Par ailleurs, il pense qu’il est également important de les ouvrir sur les autres civilisations, leur apprendre la tolérance, les aider à retrouver leur citoyenneté et améliorer leurs relations avec le personnel pénitencier, qui ne doit plus être considéré comme un simple geôlier. Et quatre ans plus tard, on ressent qu’il y a une nette amélioration de la santé morale des prisonniers et que le respect mutuel et la confiance entre prisonniers et personnel sont entrain de se construire, même si très lentement. Il a ajouté que dans ce même esprit, des prisonniers ont créé un groupe musical et ont même donné un concert à la Cité de la Culture. Un autre groupe a aussi crée une troupe théâtrale. Il a également annoncé que pour rester dans la continuité et que les projections des JCC ne soient pas une simple opération ponctuelle, il a été décidé qu’il y aura des projections de films dans les prisons tout au long de l’année. M.Mezghich a précisé que c’est la direction de chaque prison qui sélectionne les prisonniers qui assisteront aux projections débats. Aucun prisonnier n’est exclu d’avance, mais sont choisis ceux qui semblent les plus ouverts aux autres et qui surtout respectent les règles imposées.  
M.Nejib Ayed, directeur général des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC)
M.Nejib Ayed, directeur général des Journées Cinématographiques de Carthage (JCC)
M.Nejib Ayed a remercié l’OMCT et la direction des prisons pour leur collaboration et M.Brahim Letaief, présent également à cette conférence, pour avoir initié ce projet en 2015. Il a insisté sur le fait que c’est la réussite de cette expérience de 2015 et l’écho favorable qu’elle a eu, qui ont facilité le travail des années suivantes. Il a ensuite annoncé que pour cette édition, il y aura des projections dans cinq prisons et dans une maison de correction pour mineurs. Le choix des films est fait conjointement par les 3 partenaires des JCC des Prisons. L’ouverture des JCC des Prisons sera fera en grand cette année, en la présence de 500 prisonniers au lieu de 150 les années précédentes. En plus de cela, toutes les projections seront retransmises grâce à un réseau TV dans toutes les prisons du pays pour qu’aucun prisonnier ne se sente exclu. Programme :
  • Dimanche 4 Novembre à 10h : Regarde-moi de Néjib Belkadhi (Tunisie) à la Mornaguia;
  • Lundi 5 Novembre à 11h : Amal de Mohamed Siam (Egypte) à Borj Erroumi;
  • Mardi 6 Novembre à 19h : Jusqu’à la fin des temps de Yasmine Chouikh (Algérie) à Mornag;
  • Mercredi 7 Novembre à 12h : Ghezala de Hajer Nefzi (Tunisie) à Messaidine;
  • Jeudi 8 Novembre à 18h30 : Courts métrages tunisiens (Gauche/droite, Les pastèques du Cheikh, Brotherhood) à Sidi Elhani;
  • Vendredi 9 Novembre à 12h30 : La voie normale de Erige Sehiri (Tunisie) à Mahdia.
On remarque que malheureusement, il n’y a pas de JCC dans la prison pour femmes, mais c’est tout simplement parce qu’il n’y a pas de salle de projection. Mais elles verront les films grâce à la transmission TV. Par contre à la prison Messaidine, il y aura des femmes parmi les prisonniers.  
M.Brahim Letaif, réalisateur
M.Brahim Letaief, réalisateur
M.Brahim Eltaief a, quant à lui, vivement remercié les journalistes. D’après lui le succès de cette initiative leur revient en grande part, puisqu’ils ont contribué à la faire connaitre de tous. Il a ajouté que les répercussions ont été très importantes pour la renommée de ce festival, qui a vu son coté militant renforcé.  
Khaled Abol Naga lors des JCC des Prisons 2015
Khaled Abol Naga lors des JCC des Prisons 2015
Il est à noter qu’en 2015, seul l’acteur égyptien Khaled Abol Naga avait accepté de participer à ce nouveau projet avec le film Out of ordinary de Daoud Abdel Sayed, dans lequel il tenait le rôle principal. Par la suite, il en avait parlé dans divers médias en soulignant à quel point cette expérience avait été intéressante et enrichissante, ce qui a encouragé les autres artistes à suivre la même voie les années suivantes. Pour conclure, Mme Gabrielle Reiter a insisté sur le fait qu’il a été très courageux de la part de l’administration pénitentiaire d’ouvrir ses portes et de permettre les échanges avec les prisonniers, qu’elle espère que cela va continuer et que d’autres projets semblables verront le jour. LOGO des JCC  

Échappées Belles sur France 5 : Tunisie, le soleil de la Méditerranée

Le fameux magazine télévisé « Échappées Belles », diffusé chaque samedi sur France 5 consacrera un épisode sur la Tunisie. En effet, « Le Soleil de la Méditerranée », sera le thème du magazine hebdomadaire Échappées Belles le samedi 3 novembre en première partie de soirée sur France 5. (suite…)

Pour les petits et les grands : Le Cirque Orfei est arrivé à Tunis

Les représentations du Circo Orfei vont commencer à partir du vendredi 26 octobre. (suite…)

Les représentations du Circo Orfei vont commencer à partir du vendredi 26 octobre. (suite…)

Le traditionnel Bazar diplomatique aura lieu le 25 novembre

Devenu une tradition incontournable, le Bazar diplomatique a beaucoup gagné en importance ces dernières années. Après avoir été hébergé dans des hôtels de la capitale puis au Palais des congrès de Tunis, ce bazar se tient désormais au Palais des Expositions du Kram. La prochaine édition du Bazar diplomatique aura ainsi lieu toute la journée du dimanche 25 novembre au Kram. De nombreux ...

Devenu une tradition incontournable, le Bazar diplomatique a beaucoup gagné en importance ces dernières années. Après avoir été hébergé dans des hôtels de la capitale puis au Palais des congrès de Tunis, ce bazar se tient désormais au Palais des Expositions du Kram. La prochaine édition du Bazar diplomatique aura ainsi lieu toute la journée du dimanche 25 novembre au Kram. De nombreux stands attendront les visiteurs ainsi que des dégustations et des animations musicales et artistiques.

Les Nations Unies félicitent la Tunisie pour la loi sur l’Instance constitutionnelle des droits de l’homme

Dans un communiqué publié aujourd'hui 19 octobre 2018, le Système des Nations Unies en Tunisie se félicite de l’adoption de la loi organique portant création de l’Instance constitutionnelle des droits de l’homme par l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), en parfaite harmonie avec Dans un communiqué publié aujourd'hui 19 octobre 2018, le Système des Nations Unies en Tunisie se félicite de l’adoption de la loi organique portant création de l’Instance constitutionnelle des droits de l’homme par l’Assemblée des Représentants du Peuple (ARP), en parfaite harmonie avec les principes de Paris sur les instances nationales des droits de l’homme.

Les Nations Unies saluent l’unanimité du vote qui exprime l’engagement des parlementaires tunisiens en faveur de la protection des droits de l’homme en Tunisie. L’Instance constituera un élément clé du système de protection de ces droits dans le pays. L’adoption de la loi vient couronner un long processus national inclusif et participatif qui a débuté en 2015 et auquel le Système des Nations Unies en Tunisie a apporté, d’une manière continue, son appui technique et financier. Les Nations Unies ont activement soutenu la participation de la société civile au processus d'élaboration de la loi et ont plaidé pour la conformité du projet de loi avec les principes de Paris et les standards internationaux. Telle qu’adoptée, la loi garantit le fonctionnement efficace de l’Instance, conformément aux principes de Paris. Elle garantit son indépendance par rapport au gouvernement, son autonomie financière et fonctionnelle, son pluralisme par sa composition, le respect de la parité hommes-femmes et la coopération efficace. La loi reconnait à l’Instance un mandat large en matière de droits de l'homme basé sur les normes universelles, ainsi que des pouvoirs d'enquête et d’investigation adéquats, notamment en matière de suivi des lieux de détention et de traitement des plaintes.

Les Nations Unies réitèrent leur soutien et encouragent les acteurs politiques en Tunisie à garantir que les prochaines étapes de mise en place de l’Instance des droits de l’homme soient conduites d'une manière paisible, inclusive et transparente.

Le renforcement des institutions créées par la constitution aidera à promouvoir le respect des droits de l'homme et la démocratie et à favoriser une croissance économique équitable et durable.

UPU : La Poste tunisienne classée première à l’échelle africaine et arabe

Le ministre des Technologies de la communication et de l’Economie numérique, Anouar Maarouf a annoncé ce mardi que la Poste tunisienne est classée première à l’échelle africaine et arabe, selon le dernier rapport sur le développement postal de l’Union postale universelle (UPU). Au niveau international, la Tunisie occupe la 49ème place sur 173 pays, ajoute-il. Maarouf a souligné l’importan...

Le ministre des Technologies de la communication et de l’Economie numérique, Anouar Maarouf a annoncé ce mardi que la Poste tunisienne est classée première à l’échelle africaine et arabe, selon le dernier rapport sur le développement postal de l’Union postale universelle (UPU). Au niveau international, la Tunisie occupe la 49ème place sur 173 pays, ajoute-il. Maarouf a souligné l’importance du rôle de la Poste Tunisienne dans le développement et l’amélioration de la qualité des services proposés aux citoyens dans tout le pays.

Sanctions et actes condamnés par la loi contre les discriminations raciales

La loi organique n°11 de 2018 relative à la lutte contre les discriminations raciales, a été enfin adoptée dans la soirée du mardi, avec 125 voix pour, une voix contre et 5 abstentions. Cette loi permet d’infliger des sanctions et imposer des amendes contre les transgresseurs. Elle vise notamment à lutter contre toutes les formes de discrimination raciale et protéger la dignité de l’être hum...

La loi organique n°11 de 2018 relative à la lutte contre les discriminations raciales, a été enfin adoptée dans la soirée du mardi, avec 125 voix pour, une voix contre et 5 abstentions. Cette loi permet d’infliger des sanctions et imposer des amendes contre les transgresseurs. Elle vise notamment à lutter contre toutes les formes de discrimination raciale et protéger la dignité de l’être humain et garantir une égalité entre citoyens pour bénéficier des mêmes droits conformément aux dispositions de la constitution et des conventions internationales adoptées par la République tunisienne. An rendez-vous, des sanctions contre les personnes physiques, allant d’une année à trois ans de prison et d’une amende de 1000 à 3000 dinars, et contre les personnes morales de 5000 à 15000 dinars. Les actes condamnés par cette loi sont :

  • L’incitation à la haine, la violence, la ségrégation raciale ou les menaces contre des personnes basées sur la discrimination raciale.
  • La diffusion par n’importe quel moyen d’idées racistes, basées sur la supériorité raciale, ou de propos haineux racistes.
  • L’apologie d’actes racistes.
  • La création, l’appartenance ou la participation à un groupe ou une organisation soutenant de façon claire et répétée la discrimination raciale.
  • L’appui et le financement d’activités, d’organisations ou d’associations racistes.